Joseph Ratzinger théologien. Pas « moderniste » mais moderne

par Antonio Caragliu*

Antonio Livi, dans sa recension du dernier volume d’Enrico Maria Radaelli signalé dans le précédent article de Settimo Cielo, a le mérite d’être clair et de nous inviter à aborder certains problèmes de fond autour du thème toujours très actuel et pertinent du rapport entre foi et raison.

Il reproche à Joseph Ratzinger d’adopter « le présupposé épistémologique de l’impossibilité de la connaissance rationnelle de Dieu et de la loi naturelle », désavouant de la sorte la doctrine classique des « preambula fidei » et se faisant ainsi complice du « modernisme », sceptique et subjectiviste.

La thèse de Livi ne me convainc pas. Elle nous incite cependant à nous poser une question intéressante : quel est le caractère spécifiquement moderne de la théologie de Joseph Ratzinger ?

En effet, le pape émérite revendiquait lui-même explicitement la modernité de sa propre réflexion théologique : « J’ai cherché à faire avancer l’Eglise sur base d’une interprétation moderne de la foi », déclare-t-il dans ses « Dernières conversations » avec Peter Seewald.

Comme l’indique Livi, la modernité de la théologie ratzingerienne touche à la vision de la doctrine classique des « preambula fidei », autrement dit ces vérités d’ordre rationnel et naturel qui préparent à la foi. Mais cette vision différente, contrairement à ce qu’affirme Livi, ne contredit en rien le principe selon lequel il est possible de connaître Dieu rationnellement, auquel Ratzinger arrive par une autre voie.

Cette autre voie se confronte à l’athéisme méthodologique propre aux sciences expérimentales qui, en faisant abstraction de la question de l’existence de Dieu sur le plan logique, marquent le passage de la culture classique à la culture moderne.

Pour affronter cet athéisme méthodologique, Livi et Ratzinger prennent deux routes différentes.

Livi prend la route d’une métaphysique du « sens commun » qu’il définit lui-même comme étant « l’ensemble organique des certitudes concernant l’existence des entités de l’expérience immédiate qui sont toujours et nécessairement à la base de toute autre certitude, c’est-à-dire à la possibilité de vérité dans les jugements, aussi bien d’existence qu’attributifs » (A. Livi, « Filosofia del senso comune. Logica della scienza e della fede », Rome 2010, p. 7). La route clairement métaphysique de Livi se concentre sur la détermination des « évidences primaires » qui restent substantiellement étrangères par rapport à l’enquête sur le réel propre aux sciences modernes.

Ratzinger opte en revanche pour une voie que je définirais comme un « approfondissement ontologique » des présupposés épistémologiques eux-mêmes de la science moderne. Un approfondissement ontologique qui tire l’origine de la raison humaine de la « Raison créatrice » de l’être.

A ce propos, il convient d’insister sur le fait que la connaissance qui émerge de la science moderne ne consiste pas tant en une description d’états de fait et de choses (c’est l’erreur dans lequel persiste le néopositivisme et la philosophie analytique) mais dans la connaissance de lois, c’est-à-dire des rapports entre les choses, de fonctions.

Une telle approche méthodologique fait abstraction de la détermination de la causalité de l’existence des choses.

Cependant, l’approfondissement ontologique de Ratzinger ne porte pas sur ces « entités » et la cause de leur existence – comme le fait la métaphysique classique ou celle de Livi – mais sur la légitimité et la rationalité que constitue l’inévitable présupposé transcendantal de la recherche scientifique.

C’est une voie qui est à la fois moderne et extraordinairement conforme à la foi biblique.

Voici ce que Ratzinger écrit dans son « Essai introductif à la nouvelle édition de 2000 » de l’édition italienne de son introduction au christianisme [en français « La foi chrétienne hier et aujourd’hui », NdT]] qui fait l’objet des critiques de Radaelli et de Livi :

« Le prologue de Jean place l’idée du Lógos au centre de la foi chrétienne en Dieu. Le mot Lógos signifie raison, sens, mais également parole ; donc, un sens qui est parole, qui est relation, qui est créatif.  Dieu, qui est Lógos, donne à l’homme le sens du monde, la sens de l’existence, la correspondance de Dieu à la raison et la correspondance de la raison à Dieu, même si sa raison dépasse continuellement la nôtre et peut parfois nous sembler obscure.  Le monde naît de la raison et cette raison est une personne, elle est amour : tel est le message de la foi biblique en Dieu.  La raison peut parler de Dieu, ou mieux elle doit parler de Dieu sous peine de s’amputer elle-même.  À la raison est liée l’idée de création.  Le monde n’est pas seulement ‘maya’, une apparence, que l’homme devrait, au bout du compte, laisser derrière lui.  Le monde ne se réduit pas à une roue infinie de souffrances à laquelle l’homme doit essayer de se soustraire.  Le monde est positif. » (« Introduzione al cristianesimo », Brescia 2005, p. 21).

Il n’y a pas nécessairement de rapport logique entre les vérités ontologiques de la Raison créatrice et les présupposés transcendantaux de la science. Comme nous l’avons dit ci-dessus, les lois scientifiques font abstraction de la question de l’existence de Dieu et de l’origine de la réalité.  C’est pour cette raison logique que Ratzinger soutient que l’hypothèse de Dieu demeure « la meilleure des hypothèses, bien qu’elle soit une hypothèse », (J. Ratzinger, « L’Europa di Benedetto nella crisi delle culture », Sienne 2005, p. 123).

Et c’est dans l’approche de cette raison logique que se trouve, à mon sens, le caractère spécifiquement moderne de la théologie de Ratzinger.

Une théologique certes moderne mais qui n’est pas pour autant sceptique, subjectiviste ou moderniste.

*

Avocat du barreau de Trieste et membre de l’Union des Juristes Catholiques Italiens

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.